Demandez votre voyance en ligne

Histoire des planètes

Histoire des planètes

112

Depuis des temps immémoriaux, les cinq planètes les plus proches du Soleil, y compris Saturne, ont été observées et ont fait l’objet d’interprétations. On qualifie ces planètes de e modernes » parce qu’elles étaient inconnues durant l’Antiquité ; elles sont en effet in-visibles à l’oeil nu et leur observation nécessite des instruments d’optique. Avec l’invention de la lunette astronomique, aux Pays-Bas, au début du 15ème siècle, l’astronomie a fait un grand pas en avant. D’abord utilisé par l’armée et la marine, cet instrument fut rapidement mis au service de la recherche scientifique. Grâce à lui, le ciel a révélé des merveilles jamais vues auparavant. Vers 1610, l’astronome italien Galilée observa les satellites de Jupiter à l’aide d’un télescope muni de lentilles qu’il avait lui-même façon-nées et polies, et grossissant plus de trente fois. Il fallut attendre plus de soixante-dix ans pour que la première des planètes modernes, Uranus, puisse faire l’objet d’observations précises grâce à l’astronome britannique Herschel , en 1781 ; en effet, au siècle précédent, plusieurs observateurs avaient pris cette planète pour une étoile. En fait, il n’est pas impossible de l’apercevoir à l’oeil nu, mais comme elle est deux fois plus loin du Soleil que Saturne, elle est peu visible, perdue dans un environnement d’étoiles aussi peu lumineuses qu’elle. Les images fournies par les satellites montrent qu’Uranus est une planète étonnante ; elle est dotée d’un système d’anneaux et de 15 lunes. Mais, plus curieux encore, l’inclinaison de son équateur sur l’orbite est de 98°, ce qui lui donne un mouvement très différent de celui des autres planètes. Neptune a été découverte en 1846 par l’astronome allemand Johann Galle.

Toutefois, Urbain Le Verrier avait déjà prouvé qu’elle existait, à l’aide de calculs ; il avait aussi déterminé sa position alors qu’il constatait l’existence d’irrégularités dans son orbite, attribuées à la présence d’un champ gravitationnel. Neptune a approximativement le même diamètre qu’Uranus (52 930 kilomètres), mais elle est séparée du Soleil par 4 495 millions de kilomètres. On peut la voir, assez mal, avec des jumelles. Pluton, connue depuis peu de temps, se trouve à 5 906 millions de kilomètres du Soleil. Elle fut découverte en 1930, à l’occasion de prises de vue scientifiques. Avec ses 2 324 kilomètres de diamètre, c’est la plus petite des planètes du système solaire et on ne peut l’observer qu’avec un télescope très puissant. L’existence de ces planètes a soulevé de nombreuses questions, mais, grâce à elles, on a pu comprendre comment apparaissait un sens symbolique et astrologique. Ce sont pourtant des objets célestes récemment découverts, et qui ne correspondent donc à aucune tradition. Mais il faut comprendre que, pour les astrologues, le fait de donner un nom à une planète a un sens symbolique très riche, et que les événements qui se produisent sur la Terre au moment de cette attribution de nom sont le reflet de la « nature » de cette planète. Le nom doit donc nécessairement refléter cette nature. Lorsqu’il découvrit Uranus, William Herschel voulut la nommer « Georgium Sidus », en réference au roi de Grande-Bretagne, Électeur de Hanovre, mais cela n’avait guère de sens pour les astronomes non anglais. On a proposé « Neptune », et même des noms quelque peu bâtards, comme « Neptune de George III ». C’est un astronome berlinois, Johann Bode, qui proposa « Uranus », père de Saturne et grand-père de Jupiter ; il convainquit la majorité des astronomes, mais « Herschel » et « Herschellium » furent des noms employés pendant de nombreuses années, et ils sont à l’origine du signe « H » qui désigne Uranus (voir p. 5). Dans l’astrologie moderne, le symbolisme attaché à Uranus n’a guère de liens avec les mythes qui concernent le dieu correspondant. Il n’en va pas de même pour Neptune et Pluton, dont l’interprétation astrologique fut influencée par les récits grecs et romains. C’est particulièrement évident pour Pluton  le dieu romain des Enfers (Hadès, en Grèce). Pour les astrologues, cette planète symbolise le monde de l’obscurité, l’R enfer » du crime et de la déprava-tion, le royaume du viol et autres méfaits, qui rappellent la nature effrayante attachée à l’image d’Hadès dans la mythologie grecque. L’astrologie psychologique moderne associe également Pluton à l’inconscient, en se fondant toujours sur la notion mythologique de monde souterrain. Mais si les astrologues attribuent une grande importance au nom donné à une planète nouvelle, ils s’intéressent encore plus aux événements terrestres survenus au moment de sa découverte. En découvrant Uranus, Herschel a porté un coup fatal à la conception médiévale du cosmos, dans laquelle chaque chose avait sa place. Cette découverte menaçait de balayer une partie de la symbolique traditionnelle de l’astrologie et de la numérologie, car, au lieu de sept planètes sacrées, il y en avait maintenant huit un chiffre qui n’a rien de sacré. Uranus est donc liée à la notion de bouleversement et de révolution. Presque au même moment, à l’époque de la découverte d’Uranus, la France était à la veille de la Révolution, et l’Amérique du Nord entrait dans la guerre d’Indépendance. Les événements historiques qui ont coïncidé avec la découverte de Neptune sont beaucoup plus complexes. Vers 1840, l’Europe est entrée dans le romantisme, en réaction contre la philosophie des Lumières ;1848 a vu le dé-but du spiritisme moderne, après qu’un esprit se fut manifesté dans la maison des célèbres soeurs Fox, dans l’État de New York. Cette même année a aussi été marquée par la publication du Manifeste du parti communiste; ce qui a conduit à associer Neptune au socialisme, issu du désir de soulager les clas-ses les plus défavorisées. Durant cette période, la photographie ainsi que les industries pétrochimiques et pharmaceutiques ont pris leur essor. Pour les astronomes, la découverte de Pluton annonce les ter-ribles événements qui devaient survenir au cours des années 30, en particulier l’avènement de dictateurs d’un type nouveau, tels que Hitler, Staline et Mao. Elle est aussi un signe annonciateur de l’arrivée de nouvelles armes de destruction massive terrifiantes, celles qui, utilisant la fission de l’atome, peuvent provoquer un cataclysme et détruire notre planète.

Histoire des planètes
Votre vote ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>