Demandez votre voyance en ligne

Constellation du Sagittaire

Constellation du Sagittaire

S’étendant largement au sud de l’équateur, le Sagittaire n’est pas une constellation très importante pour un observateur situé dans l’hémi-sphère boréal ; à une latitude moyenne, elle apparaît tout juste au-dessus de l’horizon, dans le ciel d’été, de juin à août, et on ne la voit jamais complètement. Cependant, dans l’hémisphère austral, à la même époque, elle est très visible, haut dans le ciel. Neuvième constellation du zodiaque, elle est représentée sous la forme d’un centaure, mi-homme, mi-cheval. Celui-ci est armé d’un arc et d’une flèche, qui constituent la partie occidentale de la silhouette, et qui se trouvent sur la Voie lactée (qui, dans cette zone, a l’aspect d’une large bande). La courbe de l’arc est figurée par trois étoiles, Kaus Borealis, Kaus Medius et Kaus Australis, la plus brillante (qui correspondent respectivement aux parties nord, centrale et sud de l’arc : lambda, delta et epsilon Sagittarii). La main de l’archer, qui tire la flèche, est l’étoile Nunki, de magnitude 2. La flèche part de Kaus Medius et arrive à Al Nasl, qui en est la pointe ; elle nous donne une orientation utile puisque l’archer semble viser Antarès du Scorpion, située à environ 20° à l’ouest de la limite de la Voie lactée, et légèrement au-dessus de la ligne de tir.

Mais l’archer cherche peut-être une cible encore plus grande, un autre nuage d’étoiles formé dans la Voie lactée, le centre de notre vaste galaxie. La représentation du Sagittaire sous la forme d’un centaure a évidemment donné lieu à quelques confusions avec la constellation australe du Centaure. Cependant, il s’agit de deux personnages mythologiques bien distincts. Contrairement au Centaure austral, fort pacifique, le Sagittaire est farouche et guerrier. Dans la mythologie mésopotamienne, il est apparu sous la forme de l’archer Nergal, qui dominait Mars, la planète guerrière. En revanche, la mythologie grecque a assimilé le Sagittaire au centaure Chiron, sage et savant. Cette identification vient d’un mythe qui concerne Artémis, déesse de la Chasse. On dit qu’Artémis fut à l’origine de la mort d’Orion, parce qu’elle envoya un scorpion le piquer au talon. Pour le venger, Chiron tua le scor-pion d’une flèche et dans le ciel le Centaure vise toujours le coeur du Scorpion, Antarès. Cette histoire tend à se confondre avec celle d’Asclépios, la constellation d’Ophiucus, qui écrasa le scorpion ; il faut se rappeler que, comme Asclépios, Chiron avait le pouvoir de guérir. La dixième constellation du zodiaque, le Capricorne (la Chèvre), est un ensemble peu visible pour un observateur placé dans l’hémisphère boréal, car elle se trouve nettement au sud de l’équateur et ne comprend pas d’étoiles brillantes. On peut l’observer quand elle culmine, en août, vers le milieu de la nuit.

Constellation du Sagittaire
Votre vote ?